Alors qu’elle réside à Belleville à Paris, Karine, une artiste lyrique a pris place dans une auberge. Celle-ci aime prendre son bon café dans une ville où l’ambiance est sobre. « J’aime l’ambiance qui y règne » indique-t-elle.

Dans les grandes villes, il existe un nouveau type d’auberges. Dans la ville de Paris, vous avez par exemple, le St-Christopher’s Inn qui a ouvert ses portes en 2013, le Generator qui a été inauguré en février 2015 et Les Piaules qui est fréquenté depuis le mois de décembre 2015. Ces auberges se différent des autres par le fait est qu’on y rencontre très peu de aventuriers mais plutôt des smartphones. D’ailleurs, dans les couleurs de ces établissements particuliers, le Wi-fi est préféré à la douche chaude », explique avec ironie Lucie Perin, responsable des deux hôtels parisiens appartenant au groupe Beds and Bars.

Qu’il s’agisse d’auberges commerciales ou associatives, celles-ci sont constamment fréquentées avec des lits installés dans les dortoirs pour un prix compris entre 20 et 40 euros la nuitée.

C’est à ce niveau que limite la comparaison, explique Judith Arnoult-Brill secrétaire générale de la Fédération unie des auberges de jeunesse, disposant de 4 000 auberges installées dans 81 pays, parmi lesquelles, vous avez 120 en France. « Chez nous tout part de la paix, le dialogue entre les cultures et le respect de la nature comme on le voit avec tous les investisseurs, détaille-t-elle. Nous voulons nous installer dans tout le pays. »

Produits découlés

Tout le secteur entre dans l’ère du numérique et ne veut pas se faire larguer par la modernité. Sauf que les auberges privées s’étaient déjà lancées dans la modernité. Par exemple au St-Christopher’s vous avez la possibilité de réserver et de payer en ligne mais vous avez également une application pour smartphone. Près de 40 à 50% des jeunes dont l’âge varie entre 18 et 35 ans font des réservations par téléphone explique Lucie Perin. Actives sur les réseaux sociaux, ces établissements particuliers sont très attentionnés aux retours-clients (notes, commentaires) très déterminants pour la place qu’elles occupent dans les résultats de recherche sur les moteurs de recherches ou plateformes spécialisées.

Mais pour Alessio Brasso dirigeant de l’établissement des Paiules, il s’agit d’une nouveauté d’ordre générationnel. « Les auberges sont désormais différences de celles d’avant. Nous sommes très pointus sur les prestations que nous faisons » explique le gérant. « Le plus important c’est le contact » ajoute-t-il comme pour s’attaquer à ses rivaux comme Beds and Bars et Generator qui a pris la décision de créer une discothèque dans son auberge.