Internet devient un concurrent inéluctable pour les agences de voyage. Face à cette concurrence, les agences de voyage tentent de tenir le coup en résistant.

En France, les agences de voyage en France n’ont pas vu leur place changé, on en voit d’avantage en Allemagne depuis l’année passée et leur chiffre d’affaire a connu une hausse de 3% à 23,7 milliards d’euros.

«Cela est dû au fait qu’il y a plus de touristes par rapport à avant et les sites de réservation et de ventes de billet en ligne ne peuvent pas remplacer les agences physiques», indique Taleb Rifai, secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), lors du salon du tourisme de Berlin (ITB).

En ce mois de mars à Berlin, l’organisation est déjà faite au sein du bureau de DER Touristik (groupe Rewe). «Nous créons d’autres agences de voyages, car nous avons la conviction que le conseil personnalisé va toujours garder toute son importance», indique Andreas Heimann, le responsable des agences du voyagiste.

L’année passée, c’est l’Allemagne qui a enregistré le plus grand nombre de touristes d’échanges avec les agences évalués à 42% quand les réservations en ligne sont évaluées à 36%. Toutefois, l’écart n’est pas assez énorme depuis 2005.

Au coin de la rue

Pour se distinguer les agences de voyages proposent des séjours familiaux, des circuits, des croisières et autres. Mais les clients préfèrent consulter une agence bien installée en posant des questions précises. Ce qui leur permettra de gagner du temps.