Le PDG d’ADP Augustin de Romanet, a reparlé de la consolidation des mesures de sécurité dans les aéroports parisiens depuis les attaques du 13 novembre. Il évalue l’impact sur le trafic mais il parle aussi du virage écologique du secteur l’aérien..

Augustin de Romanet, PDG d’Aéroports de Paris, a répondu aux questions de nos confrères d’Europe 1. Au cours de cet entretien il est revenu sur le renforcement de la sécurité des aéroports de Paris et dans l’aérien, mais aussi de reparler des enjeux économiques et écologiques d’Aéroports de Paris. L’un de ces enjeux sera surtout de réduire l’usage des énergies fossiles…

« Il y aura une COP21 des avions »

Pendant que la COP21 prend fin, Augustin de Romanet a souligné que l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a prévu organisé une rencontre identique à celle de la COP21 pour les grands émetteurs de gaz à effet de serre et consistant à réduire leurs émissions. « Les émissions de gaz à effet de serre n’étant pas facile à identifier pays par pays dans le transport maritime et l’aérien, l’OACI, qui est une organisation soumise à l’ONU, envisage une administration de conférences particulière qui se déroulera en septembre 2016, et qui prendra les engagements adéquats. Il y aura une COP 21 des avions ».

La neutralité carbone des aéroports en 2030

Augustin de Romanet veut que 50 aéroports européens soient « neutres en émissions carbone d’ici 2030 ». Le PDG d’ADP a surtout rappelé que les avions produisent « 2% des gaz à effet de serre dans le monde » et « le taux de croissance que nous connaissons aujourd’hui n’est plus défendable sur le long terme ». Aussi, Augustin de Romanet indique qu’il soit possible de répercuté une taxation kilométrique du prix des émissions carbone sur le billet d’avion.

4.000 visites administratives à Roissy et Orly

Augustin de Romanet a parlé des mesures de sécurité en vigueur dans les aéroports de Paris, « indépendamment de l’état d’urgence ». Le PDG d’ADP a aussi confirmé que depuis les attentats parisiens du 13 novembre, les effectifs de militaires « ont été renforcés de 50% à Charles-de-Gaulle et de 50% à Orly. Nous avons remis en place le contrôle d’identité de toutes les personnes qui partent de la France, et pour des vols Schengen », détaille Augustin de Romanet. Par ailleurs, plusieurs « perquisitions administratives » ont été menées. Il en ressort que « 4.000 casiers de personnes travaillant sur le site d’Aéroports de Paris ont été vérifiés depuis 1 mois », précise Augustin de Romanet qui reconnait que, dans ces cas, « il y avait des doutes ».